Changer le logo de son entreprise? Quand, comment, pourquoi ?

Publié le : 26 juin 20236 mins de lecture

Parce que le logo évolue avec son entreprise …

Eh bien oui, c’est vrai : chaque logo doit toujours pouvoir représenter l’entreprise et son évolution. Lorsqu’une entreprise grandit, toutes les communications qui la concernent doivent aussi grandir de la même manière. Ainsi, si par exemple le logo a été créé un peu vite, sans trop de soin, alors que l’entreprise était encore petite et peu connue, lorsqu’elle touche un public plus large elle doit savoir développer un logo qui sache se montrer à la hauteur sa réputation, mais pas seulement : elle doit aussi savoir « dialoguer » avec le consommateur. Et ici différentes variables entrent en jeu : le choix de la couleur, mais aussi celui de la police la plus adaptée, puis un design simple et efficace, immédiatement reconnaissable par les clients. Je me rends compte que ces règles peuvent sembler génériques, et elles le sont effectivement, car elles doivent être : chaque cas est différent, tout comme chaque domaine d’appartenance. Une entreprise pharmaceutique, par exemple, devra choisir des solutions différentes de celles d’une industrie agro-alimentaire, compte tenu du contexte de référence, des émotions qu’elle souhaite communiquer à son public, mais aussi du même type de public. Tout concourt à l’effet final, ne l’oubliez pas !

Votre logo est-il « dépassé » ? Refaites-le de sorte qu’il soit en phase avec le temps !

D’autres fois, il peut arriver tout simplement que le logo de l’entreprise soit trop « démodé » pour la logique et les modes qui font fureur en ce moment. Je donnerai tout de suite quelques exemples pratiques : ces dernières années, le flat design puis le material design (conçu et lancé par Google, et immédiatement adopté par beaucoup d’autres) ont pris le dessus en termes de graphisme et, évidemment, aussi de propos logos de marque. D’Apple à Google, toujours pour citer les « suspects habituels », le mot d’ordre est simplicité, lignes stylisées, sans fioritures. Si tel est le « diktat » sur le plan graphique, le logo (pour les non-initiés : la partie textuelle du logo) veut aussi sa part. Et même dans ce cas, ces dernières années, la scène a été dominée par les polices sans empattement, c’est-à-dire sans empattements – autrement connus sous le nom de bâtons.

Ok, à ce stade, nous devons ouvrir une petite mais nécessaire parenthèse : chasser les tendances peut être un coup gagnant à court terme mais pas à long terme. Dans le sens où les modes, en tant que telles, passent et qu’il y a le risque de rester, du jour au lendemain (ou presque, mais on se comprend), à nouveau en possession d’un logo désormais à nouveau « dépassé ». Donc, si vous avez l’intention de suivre les diktats du moment, rappelez-vous également que vous devrez réorganiser votre logo après un certain temps. A l’inverse, le logo risque de redevenir obsolète dans peu de temps.

Une nouvelle à communiquer ? Même le logo change !

D’autres fois, il peut arriver qu’un nouveau logo accompagne (et communique en externe) le changement de cap mis en place par une entreprise. Ainsi, le tout nouveau logo témoignera de la nouvelle orientation de l’entreprise. Un peu comme dire : jusqu’à hier c’était une histoire, à partir d’aujourd’hui une autre commence. Dans ce cas, le changement de logo est un signal fort et clair qui est envoyé aux consommateurs qui, percevant la nouveauté, pourront choisir de réutiliser nos produits, ou en tout cas de ressentir un regain de curiosité envers notre marque. Si la marque est déjà implantée, il est également possible de procéder à une retouche « douce » du logo, afin que les gens puissent le reconnaître immédiatement et sans ambiguïté mais, en même temps, remarquer qu’il y a quelques innovations dans la communication. Dans ces cas,

Saviez-vous que même le logo doit être social ?

Bon, même si vous n’étiez pas au courant, il est temps d’en prendre note : le logo doit aussi être « social ». Non pas dans le sens où il doit devenir « viral » (si tant est qu’il en soit ainsi !), mais qu’il doit tenir compte des espaces offerts par les plateformes sociales. Un logo trop complexe, par exemple, aurait du mal à faire remarquer ses détails sur l’écran d’un PC ou, pire encore, d’un smartphone. D’autre part, la simplicité mentionnée précédemment est devenue non seulement une tendance, mais aussi une nécessité avec l’avènement des smartphones et des tablettes. Les petits écrans demandent une compréhension immédiate, mais ce n’est pas tout : ce sont nos propres habitudes, toujours plus rapides et distraites, qui imposent une communication immédiate et sans ambiguïté. Mais ce n’est pas tout : le logo doit aussi être ductile, c’est-à-dire savoir s’adapter aux diverses situations dans lesquelles il peut se trouver placé. Pour changer, le meilleur exemple possible est proposé par Google, qui dans la dernière version de sa marque, en plus du logotype multicolore, a également lancé un simple G qui contient toutes les couleurs à l’intérieur et qui peut être utilisé dans des espaces plus confinés. comme par exemple votre photo de profil sur les réseaux sociaux ou l’icône de l’App Store.

En résumé, le changement de logo peut être dicté par différents besoins, mais il doit toujours être soigneusement pensé, en pesant soigneusement chaque détail. Vous pouvez choisir la continuité avec la version précédente, aller travailler sur les détails, ou choisir de tout changer. Ce qui compte, c’est que le logo puisse représenter au mieux votre marque, envoyer un message bien défini aux consommateurs… bref, être 100% fonctionnel pour votre objectif.

Plan du site